Les polices de caractère - Concept C | Agence web
preloader

Quelles polices de caractère utiliser?

Une petite histoire de lettres

Quelle est la différence entre une fonte et une police de caractère ? Eh bien, c’est comme un nom et nom de famille : la police est composée de fontes, comme Helvetica Bold, Helvetica Regular et Helvetica Light. Ce sont trois fontes faisant partie de la famille Helvetica. Certaines familles de polices ont plus de choix de fontes que d’autres.

Fontes: vient du fait qu’autrefois, les typographes coulaient les lettres dans le métal (plomb, antimoine et étain) pour l’imprimerie d’où fonderie: fontes.

Police vient de Polizza en italien: Liste. La police est la liste des fontes de caractère. Mon bloc histoire est terminé.

policces_de_caractere_helvetica

Types de polices

La personnalité des polices

Il y a des villages où ces familles habitent : Serif, Sans Serif et Script qui sont les plus populaires. Celles-ci sont divisées par leurs caractéristiques respectives.

 

Le premier village des fontes Serif est un domaine architectural typique aux colonnes grecques avec ses empattements et ses formes dramatiques. Les gens qui y habitent sont des individus classiques qui inspirent la notoriété et le prestige. C’est la capitale de l’imprimerie et de la gazette. Ses politiques sont austères, mais intemporelles. C’est un bel endroit où vivre sans limitation.

 

Le village de Sans Serif est un jeune village en croissance avec ses bâtiments modernes aux formes pleines et lisses. Les angles droits priment et les fioritures sont mises de côté au profit de l’ergonomie et du minimalisme. Ses gens sont simples, discrets et connectés technologiquement. Ils ont la réputation d’aller droit au but et sont très populaires. Certains d’entre eux peuvent être à l’avant-garde et imposants, sans toutefois être lourds. C’est un village où il fait très bon vivre.

 

Script est un village qui est resté en 1900 avec l’Art Nouveau. Fioritures, courbes et artisanat composent les rues et ajoutent romantisme, féminité et délicatesse. Rempli de personnalité, il se démarque partout. Le fait main prime et tout semble sorti de la plume de quelqu’un de bien enthousiaste. Si vous restez trop longtemps dans ce village, vous risquez cependant de devenir sourd puisqu’il est très bruyant. Il est à visiter en dosant.

Dans l’ombre de ces villages se trouve un centre d’enfouissement qui pue. C’est là qu’habitent Comic Sans et ses amis Hobo (ce n’est même pas une mauvaise blague, c’est le nom de la police…) : Papyrus et Trajan. N’allez surtout pas leur rendre visite.

 

police_de_caractere_exemples_comic

Dans ces villages, il va de soi qu’il y a toutes sortes de familles : des petites, des grandes, des dysfonctionnelles. Il faut reconnaître les classiques comme des polices sécuritaires et bien calibrées qui ont une grande possibilité de déclinaisons. N’hésitez pas à les essayer, les mettre en contexte, les combiner et les tester en majuscules ou en minuscules.

Choisir la bonne police

Par contre, un beau lettrage, ce n’est pas tout. Plusieurs facteurs entrent en compte lorsqu’on en sélectionne un. En voici quelques-uns à prendre en compte :

polices_de_caractere_lisibilite

1. La lisibilité :
Avez-vous l’impression que votre texte fait tressaillir vos yeux ou qu’il vous cause des hallucinations ? Allez voir un médecin. Non, mais sérieusement, certaines polices donnent réellement mal à la tête. Si elles sont trop complexes, trop petites ou trop serrées, elles peuvent rendre la lecture ardue et les gens vont simplement passer leur route.

2. Les déclinaisons de fontes :
Si vous choisissez une police, assurez-vous qu’elle offre des options intéressantes pour vous. Peut-elle être plus épaisse, en angle, en mince, en condensé ? Cela vous donnera des choix pour votre hiérarchie de titres et vous permettra de l’utiliser à plusieurs occasions sans nécessiter une police supplémentaire.

3. Les glyphes :
Assurez-vous que votre police existe dans votre langue. Ça sonne comme quelque chose d’évident, mais imaginez-vous que certaines polices ne contiennent pas l’accent « é » typique du français… Le « ô » est aussi souvent oublié. C’est très frustrant de devoir fabriquer des accents ou d’avoir à changer le texte complètement.

polices_de_caractere_web_print

4. L’application :
Où sera écrit votre texte ? En ligne, le texte se doit d’être presque en tout temps sans serif pour le texte courant, alors qu’à l’imprimé, c’est le serif qui prime. Pour le référencement (SEO), il est préférable que les polices soient des Google fonts. Le Comic Sans va dans la poubelle.

Mais pourquoi tant de haine pour le Comic Sans ? O.K. Elle est hideuse. Bien qu’elle paraisse amicale et disponible, elle est terriblement mal calibrée, mal espacée elle semble croche en tout temps, elle manque de professionnalisme et elle fait saigner des yeux, bon ! Il y a mille polices qui donnent le même effet sans causer l’urticaire visuelle. En voici 3 gratuites disponibles sur googlefonts: Indie flower, Caveat et Patrick Hand.

police_de_caractere_liste_comme_comic

Voici d’autres bons exemples de polices que vous pouvez utiliser sans modération

police_de_caractere_liste_serif
Serif :

Caslon, Garamond, Didot, Georgia,

polices_de_caractere_open_sans-
Sans serif :

Helvetica, Open Sans, Roboto, Pt Sans, Brandon Grostesque

police_de_caractere_liste_scripte
Script :

Alex brush, Great vibes, Pacifico, Allura

Les villages ci-dessus sont figurés, mais ils donnent bien le ton de chacune de ces familles de polices et ce qu’elles peuvent apporter à votre marque. Il est important de sélectionner la bonne, non parce qu’on la trouve belle, mais parce qu’elle remplit son rôle et qu’elle fonctionne à la perfection. Une bonne police se doit d’être variée, lisible, optimisée pour votre application et pleine de personnalité. Chacune a une impression qu’elle laisse à la personne qui la regarde et peut même influencer l’interprétation du mot qu’elle tente de montrer. Ne vous faites pas arrêter : utilisez la bonne police de caractère
mais pas Comic Sans.

Avatar de l'auteur
Élisa