Non, il ne mange pas, ne dort pas et ne fait pas ses besoins, mais un site peut croitre, se détériorer, être brisé (blessé) ou mourir. Si vous négligez votre SEO, il peut en souffrir, comme une fougère. Ne laissez pas votre site dépérir comme l’aloès que vous avez laissé sécher sur le bord de la fenêtre et qui vous a forcé à prendre des plantes en plastique.

 

Prévention:

Comment garder son site web en vie, comme une belle plante? Par la qualité du référencement, bien sûr. Si votre site est bien actif, il se retrouvera dans les requêtes sur les moteurs de recherche et les gens le trouveront facilement. Vous aurez alors plus de trafic.

 

Voici ce que vous pouvez faire pour prévenir la dépression de votre site :

  • Garder votre site à jour et faire les bonnes mises à jour au moment requis
  • Nettoyer et optimiser votre SEO globalement (code, sécurité, analyses, tests, extensions, intégration propre des nouveaux médias, etc.)
  • Créer et mettre en ligne du nouveau contenu fréquemment (articles de blogue, nouveaux produits, vidéos, galerie d’images, évènements, etc.)
  • Être à l’écoute des besoins de vos usagers (accessibilité, mettre les boutons plus clairs, une page contact facile d’accès)
  • S’assurer de la présence de liens internes et externes fonctionnels et pertinents
  • Régler les pages 404
  • Allez souvent sur votre site pour en constater la vitesse, l’aisance d’utilisation et la facilité de navigation
  • Vérifiez votre hébergement
  • Régler un taux de rebond élevé
  • La durée de vie d’un site est d’environ 5 ans

 

Au cas où vous auriez oublié d’arroser, voici quoi faire en cas de négligence :

Étape 1 : Établissez l’état de votre site par rapport à où vous voulez aller.

Prenez le temps de constater ou votre site en est. Combien de gens visitent votre site et quel est votre taux de rebond? Vous pouvez voir avec Google Analytics le parcours des usagers et l’endroit où ils décrochent en général. Cela vous donnera un aperçu de ce qu’ils cherchent et ce qu’ils n’ont pas pu trouver.

Ces pistes vous permettront de restructurer vos efforts et de nourrir votre site ou il en a vraiment besoin.

Vous vous rendrez peut-être compte que vous n’attirez simplement pas les bons clients pour ce que vous offrez. Votre approche SEO devrait alors être axée vers de nouveaux mots clés ou de meilleures options. Ou peut-être qu’il s’agit de la vitesse de votre site. Plusieurs problèmes peuvent aussi remonter dans la même analyse.

Faites une liste de ce qui doit être réglé selon vos besoins et ceux de vos utilisateurs ou demandez à un expert d’évaluer votre situation et de vous proposer des solutions.

Réglez les problèmes faciles en premier

Est-ce que votre analyse démontre qu’un simple ajout d’appels à l’action aiderait votre site? Des boutons plus clairs? Plus de liens internes et externes? Ces petits changements peuvent être faits rapidement. Ils permettront à votre site de mieux fonctionner immédiatement pendant que vous réglez les cas plus complexes.

Réglez les choses évidentes en premier, à moins qu’un des problèmes majeurs soit urgent et nuise aux fonctions vitales de votre site. Si vous n’êtes pas à l’aise dans le code: on touche pas!! Appelez un pro.

 

 

Étape 2 : Faites une maintenance de base

Faites les mises à jour requises. Vérifiez vos liens (présence de pages 404), les fonctions de vos extensions et l’évaluation de votre structure. Améliorez la vitesse, nettoyez le code des superflus et bien d’autres petites choses. Il y a beaucoup à faire. Bon, pas tout le monde est formé pour faire cette maintenance. Il vaut parfois mieux faire appel à quelqu’un qui sait ce qu’il fait.

Vous pouvez un peu voir le tout comme tailler les feuilles de votre plante; une coupe mal faite peut tuer votre plant ou lui causer des dommages importants. C’est pareil pour un site web! Il vous faut le bon sol, les bons outils et les connaissances.

 

 

Étape 3 : Planifiez la maintenance et l’entretien du futur proche.

Comme avec une fleur, il faut être patient. Un site web doit être visité, scanné et indexé par Google, ce qui peut prendre quelques mois à quelques semaines pour bâtir du momentum.

Pour recueillir les fruits de votre labeur, vous devez planifier les prochaines étapes. Gardez vos modifications à jour et ajoutez du contenu de qualité qui fera grandir le référencement de votre plateforme.

Vous pouvez par exemple planifier les plages de maintenance et de mise à jour. Inscrivez au calendrier des publications d’articles ou de nouveau contenu à mettre en ligne. Cela nourrira votre site et le rendra plus riche tout en le gardant pertinent pour vos usagers récurrents.

 

 

Étape 4 : Entretenez la maintenance

Maintenant on continue le bon travail et on donne de l’amour à notre site. C’est le moment de prévenir la dégradation en suivant les consignes du premier point. La façon la plus rapide de ramener son SEO après l’avoir négligé? On évite d’abord de le négliger.

 

 

En terminant, votre site est réellement comme un végétal, il a besoin d’amour, de soins, de soleil et d’eau. Ne versez pas de l’eau sur votre site! C’est une métaphore… Votre site a besoin de maintenance, de mises à jour, de nettoyages fréquents et de nouveaux contenus récurent pour croitre comme il se doit.

Il y a plusieurs types de plantes (sites) pour différents types de personnes et certains ont besoin de plus de soin que d’autres. Une base solide et un sol fertile aideront votre site à prospérer dans la jungle qu’est internet.

Parfois, la modification peut vous sembler évidente et simple, mais on vous présente ici 5 raisons pourquoi vous ne devriez jamais, au grand jamais, modifier votre code de site web vous-même si vous ne savez pas exactement ce que vous faites.

 

Pourquoi ne pas modifier soi-même le code de votre site web si vous ne connaissez pas ça :

 

Raison 1

Impact sur votre SEO

Même si le code que vous changez ne brise pas toute la machine, il se peut qu’il impacte d’autres critères inscrits dans le « back end ». Cela peut impacter vos SEO et baisser le référencement de votre site. Et oui, le SEO est dépendant de la clarté de votre code!

 

Raison 2

Vous pouvez briser votre site

Un mauvais clic et boom! Pu de site! Si vous n’êtes pas formé en résolution de problème de programmation, il se peut que vous ne soyez pas non plus en mesure de faire marche arrière. Parfois, il est même impossible de résoudre certains problèmes.

 

Raison 3

Une seule virgule peut tout changer.

Les «: ; .» Sont d’importantes formes de langage dans le code; comme la fin d’une commande ou une entrée de données. Ce ne sont pas juste des ponctuations. Sachant cela, imaginez que changer une simple virgule anodine puisse modifier le fonctionnement de votre site web au grand complet. Avec un risque aussi grand même avec une si petite chose, il est plus prudent de ne rien toucher et attendre qu’un professionnel s’en charge.

 

Raison 4

Vous pourriez avoir de la misère à revenir sur vos pas.
Si vous n’avez pas certains réflexes d’annotation de procédure, il est possible que vous oubliez des étapes. Vous ne serez pas capables d’expliquer votre erreur si cela arrive.  Comme dans le point précédent, si vous avez enlevé une virgule par inadvertance, imaginez comment il sera difficile pour vous ou votre programmeur de la retrouver. C’est l’équivalent de chercher un grain de sable sur une plage.

 

**Si vous ne pouvez pas vous retenir de toucher votre code, faites une copie de sauvegarde AVANT de modifier quoi que ce soit!

Si vous ne savez pas comment faire une copie de sauvegarde, c’est peut-être signe que vous n’avez pas les connaissances requises pour jouer dans votre code.

 

Raison 5

Il n’existe pas une seule façon d’écrire du code.

Vous ne pouvez assumer que le langage utilisé est celui que vous connaissez. Le langage informatique est complexe, varié et sa clarté dépend de son auteur. Même si vous voulez être plus autonome et que vous vous y connaissez un peu en code, rien ne vous garantit que celui-ci sera clair et organisé. C’est pourquoi quelqu’un avec la bonne formation et de l’expérience saura parer aux imprévus plus efficacement.

 

 

En conclusion, le code est un langage spécifique dans lequel la marge d’erreur est grande. On vous invite à éviter de le modifier vous-même si vous n’avez pas les formations, l’expérience et les notions pour le faire. Sinon, soyez préparé à voir un site composé de page 404.

Dans cet article, on élabore toutes les raisons derrière les délais normaux de production d’un site. Comme un bébé, celui-ci a besoin de temps et de délicatesse pour être mis au monde. Ça ne se fait pas toujours sans embuche ou nausée…

 

Les étapes de conception

1. L’évaluation

Cette étape est celle de la première rencontre. C’est là qu’on prend des informations sur vous, votre entreprise et vos besoins. On établit alors avec vous l’échéancier à venir, le type de site à concevoir et on vous explique toute la patente. C’est à ce moment qu’on règle les aspects d’hébergement et de nom de domaine.

Durée : quelques jours

 

2. Le plan

Avec nos petits carnets bien remplis, et nos têtes pleines d’informations, on débute alors la tempête d’idée. Ça ressemble plus à un ouragan. On monte à ce moment l’arborescence. C’est le squelette de votre site, sa structure. On y met le nom, l’ordre et la fonction des pages que l’on planifie mettre sur votre site.

Il y a alors révisions, discutions, recherches et synchronisation de vos besoins avec nos connaissances. On prend en compte l’expérience utilisateur (UX), l’aisance de navigation et votre budget : Plus de page = plus de sous. Une première ronde d’approbation de l’arborescence vous est alors envoyée et on vous explique comment elle fonctionne. Il y a parfois des phases de « gestation» où on laisse nos idées respirer pour en ressortir les meilleures d’où certains délais.

Durée : 1 à 2 semaines.

 

3. La recherche

Une fois l’arborescence choisie, on débute la grande recherche. On cherche des gabarits qui conviennent, on les teste, on vous les envoie pour une ronde d’approbation. Cela peut prendre de quelques jours à quelques semaines selon les délais de réponses. Entre-temps, on recherche aussi votre compétition, les tendances web, les extensions disponibles, etc. Tout en magasinant un gabarit, on pense au ton, aux couleurs, au placement du texte et des images. C’est un processus imprévisible qui dépend de la facilité à trouver l’information et la complexité de votre stratégie.

Durée : 1 à 2 semaines

 

4. La conception

Après votre choix de gabarit, c’est le moment de définir le visuel de votre site. À cette étape, les graphistes pensent votre palette de couleurs, les choix de polices de caractère, la hiérarchie de l’information, les boutons, les icônes et les images à mettre sur les pages. On vous envoie d’abord une maquette de votre page d’accueil pour approbation. Ensuite, on design les autres pages qu’on vous envoie pour approbation finale.

Durée : 3-6 semaines

 

5. La rédaction

Deux choix s’offrent à vous : faire votre propre rédaction web ou la faire faire.
Cette partie est probablement celle qui impactera le plus les délais de production de votre site. Écrire pour un site est complexe et demande du temps.

C’est aussi une étape très technique puisqu’elle implique une connaissance des principes du SEO et de l’intégration des mots-clés. Certains outils existent pour vous aider, mais c’est toujours plus rapide de déléguer le texte de votre site. Certaines agences peuvent vous proposer d’intégrer la rédaction ou de le sous-traiter à un rédacteur.

Durée : Si fait par nous 1 à 3 semaines (selon le nombre de pages sur le site)

 

6. La production

Une fois que le texte et le visuel finals sont approuvés, il est temps de produire votre site pour le mettre en ligne. C’est le gros morceau de la démarche et cela peut prendre quelques semaines. À ce moment, nos programmeurs, intégrateurs se mettent au travail pour monter le code. En d’autres mots, c’est le côté fonctionnel de votre site web.

Durée : environ 4 semaines.

 

Les choses qui impactent le temps de conception d’un site web

 

Les autres clients

Comme toute entreprise, on a plusieurs clients. Certaines périodes de grande demande dans l’année peuvent influencer le temps de livraison et on préfère attribuer une moyenne de temps de 14 semaines pour les sites. C’est un approximatif qui nous permet d’entrer dans les temps même lors de périodes plus chargées.

On aimerait vous dire que vous êtes le seul et unique, mais on ne ferait pas long feu en affaires… En contrepartie, plusieurs clients bénéficient alors de nos merveilleux services.

 

Les retours d’approbation

Et oui, parfois la balle est dans votre camp. Il est possible que vous soyez débordé durant quelques semaines et que votre temps de réponse soit plus long qu’à l’habitude. On comprend. Cela peut en revanche impacter la livraison de votre site. Certains temps coussins sont calculé d’avance dans les délais de production au cas où.

 

La complexité du site

Un site qui contient plus de pages, plus d’options, une boutique, l’intégration d’un portfolio ou de vidéos peut augmenter les délais considérablement. Si votre site est sans gabarit, ou qu’il demande des lignes de code sur mesure pour plusieurs fonctions, il prendra beaucoup plus de temps.

 

Votre rôle dans la conception de votre site web

La mise en ligne d’un site web est un travail collaboratif. C’est de là que ressortent toute la complexité et l’importance de choisir une agence qui convient à vos besoins. Vous devez être capable de communiquer aisément avec votre équipe et ils doivent pouvoir vous expliquer les étapes et les décisions clairement.

 

Ce que vous devez fournir:

  • Vos photos
  • Vos textes
  • Présentation de votre entreprise (mission, valeurs, équipe, histoire, etc.)
  • Une description de vos produits et services
  • Vos coordonnées
  • Votre logo et votre dossier d’image de marque (guide de normes graphiques)
  • Logos de vos partenaires que vous voulez présenter sur votre site
  • Descriptions de produits (dans le cas d’un site e-commerce)
  • Vos articles de blogue
  • Des vidéos
  • Les liens vers vos réseaux sociaux

 

Comment choisir la bonne agence?

Votre budget

Un site qui coute moins cher ne répondra peut-être pas à vos besoins. Il vaut mieux investir dans un site fonctionnel que de dépenser moins pour un site qui ne sert pas. Un site de bonne qualité devrait couter dans les quelques milliers de dollars. Ce montant inclut généralement des mises à jour fréquentes et un service de soutien.

 

Le portfolio

Si vous visitez les sites déjà créés par l’agence et que vous aimez le ton, les fonctions, il y a de bonnes chances qu’ils vous fournissent un site semblable. La diversité et la grosseur du portfolio sont un bon indice de l’expérience de celle-ci et de son parcours.

 

Votre échéancier

Veillez à ce que votre agence vous offre un échéancier raisonnable selon votre date prévue de lancement. En général, il faut prévoir de 3 à 4 mois pour lancer un site, et ce, si on démarre la production sur-le-champ. Certaines agences vont avoir des délais d’attente avant même de débuter le projet et vous pourriez vous buter devant 6 mois d’attente à prévoir.

 

L’énergie

On ne peut nier le pouvoir de la chimie humaine. Si vous vous sentez en confiance avec votre agence et que l’ambiance est relâchée et agréable, vous êtes à la bonne place. Vous devez pouvoir critiquer ouvertement et vous sentir écouté. Recherchez des gens qui vous éduquent et vulgarisent les étapes. Rappelez-vous que c’est un travail collaboratif de plusieurs semaines. Vous ne voulez pas d’une relation hostile ou froide.

 

En conclusion:

Le temps de création d’un site web dépend de plusieurs facteurs. L’ensemble du processus de la mise en ligne est personnel, complexe et doit être collaboratif. Trouvez une agence qui saura répondre à vos besoins et qui vous parle graphiquement. Commencez par magasiner les portfolios d’agences et de graphistes. Sélectionnez ensuite de 3 à 5 de vos préférés et entrez en contact avec eux pour tâter le pouls sur leur méthode, leur tempérament et leurs coûts.

Faites affaire avec des gens à l’écoute de vos besoins, qui sauront répondre à vos critères en respectant vos limites.

Combien de temps pour faire un site web?

Quand vous vous rendez sur Internet pour chercher quelque chose, vous commencez par aller sur un moteur de recherche pour y entrer une requête. Cette requête : recette de macaroni au fromage par exemple comporte des mots clés : recette, macaroni et fromage. Le moteur de recherche va alors rechercher les sites comportant ces mots et vous fournir en ordre de bon référencement les sites pertinents.

Plus votre référencement est bon et plus votre vocabulaire est pertinent, plus votre site arrivera au top. Les mots clés peuvent être un mot ou groupe de mots (long tail keywords).

En utilisant des termes connexes, vous pouvez même peut-être arriver dans la recherche de quelqu’un autrement que par la voix évidente : exemple avec la recette de macaroni au fromage et les mots clés supplémentaires; idée de repas ou souper économique.

 

Les mots clés doivent être intégrés dans votre site par les étiquettes, les titres, mais aussi dans les textes. C’est là qu’il est important pour vous de bien définir ce qu’ils sont afin de les utiliser le plus souvent et organiquement possible dans votre contenu et vos articles.

 

La recherche de mots clés consiste à une liste de mots en ordre d’importance que vous ou votre programmeur devrez intégrer dans votre site. Ce sont les mots que les utilisateurs vont chercher et qui mèneront à votre site.

 

Voici 10 conseils pour faire cette liste :

1. Soyez logiques

Votre première ronde de mots devrait simplement sortir les mots en rapport avec votre domaine. Les mots évidents que vos potentiels clients utiliseraient pour vous trouver.

 

2. Anticipez les désirs de vos clients

En gardant en tête que ces mots seront utilisés par des gens qui cherchent quelque chose, vous pouvez extrapoler les besoins que vos services ou produits peuvent remplir. Par exemple, si vous vendez des poissons en porcelaine vous pourriez ajouter dans vos mots clés : collection, idée cadeau, présent original, fait main, achat local, artisanat, décoration, etc.

Vous pouvez ajouter des adjectifs, des qualités à vos mots tels qu’économique, qualité, écologique, livraison rapide, etc. Ce sont le genre de mots que les gens aiment voir dans des descriptions de page.

 

3. Répondez à un besoin.

Même si la personne ne vous cherche pas, allez la chercher en lui donnant ce que votre produit peut faire pour elle. Personne ne va écrire dans un moteur de recherche crème d’avoine s’ils ont de l’eczéma, ils vont indiquer traiter l’eczéma, voilà.

Ils ne savent souvent pas de quoi ils ont besoin et ils indiqueront leurs conditions. La plupart des gens qui cherchent quelque chose en ligne cherchent une réponse, une solution ou une action à poser. Ils vont rarement chercher directement un produit ou un ingrédient précis.

 

4. Utilisez Google Suggest.

Google Suggest vous suggèrera des mots clés de ses banques de données avec le nombre de personnes ayant effectué une requête le plus élevé. Il vous donne aussi des mots clés connexes.

 

5. Recherchez la concurrence.

Sur Internet, la concurrence est tout le monde dans votre domaine, pas seulement ceux dans votre région ou ceux que vous connaissez. Lorsque vous entrez vos mots clés sur un moteur de recherche, quel site apparait en premier? Allez sur ce site, quels sont les mots qu’ils emploient? Prenez en note ces mots, ce sont de bons mots clés.

 

6. Incluez les synonymes de vos mots clés principaux.

C’est tout. À vos dictionnaires!

 

7. Pensez à votre but.

Est-ce que votre but est que vos clients passent vous voir en magasin? Vos mots clés devraient alors contenir votre ville et votre région. Si vous voulez que les gens achètent à votre boutique, incluez à vendre, achetez, panier, livraison, boutique en ligne, etc. dans vos mots clés.

 

8. Restez concis.

N’étendez pas trop vos mots sur des choses qui décrivent plus ou moins ce que vous offrez. Cela peut faire en sorte que vos pages entrent en compétition les unes avec les autres. Par exemple si vous avez une recette de macaroni au fromage, vos mots clés peuvent être : macaroni, fromage, pâtes, recette, repas, met hivernal, économique. Cependant, cela risque d’être trop flou d’indiquer : mets américain, spaghetti, fondant ou jaune.

 

9. Regroupez vos mots clés.

Si vous avez plusieurs mots clés connexes, placez-les logiquement ensemble selon vos pages. Cela vous évitera que vos pages entrent en compétition les unes avec les autres. C’est là que les synonymes peuvent aider à varier votre contenu sans perdre la concentration de mots clés.

 

10. Utilisez Wikipédia.

Allez sur Wikipédia pour des listes de mots clés souvent recherchés ensemble. C’est, de plus, le 6e site le plus utilisé et qui ressort souvent au top des moteurs de recherche. Vous pourrez y trouver des mots connexes. Pour les gens qui possèdent une boutique, consultez des sites de boutique afin de voir quels mots clés sont associés à quels produits et pour vous inspirer pour vos descriptions de produits : Amazon et eBay entre autres.

 

 

En conclusion

Mettez-vous à la place de votre auditoire lorsque vous listez vos mots clés. Les mots servent aux moteurs de recherche et ne devraient pas représenter votre personne, vos valeurs ou les mots qui transcendent l’esprit de votre entreprise. Ils ne sont là que pour permettre Google de vous trouver dans l’immensité du Net. Alors, soyez précis, concis et informé des tendances de recherche de vos usagers.

Plusieurs autres éléments viennent s’ajouter pour aider votre référencement tel que votre hébergement, vos plugins et bien plus. Nous en parlerons prochainement dans d’autres articles à venir sur le SEO en général. En attendant, je vous laisse découvrir quel mot a le plus de synonymes avec 216 ?!  Au cas où vous devriez trouver des mots clés en lien avec ça, mais espérons pas…

Le seo et les mots cles

Aussi différent que d’écrire de la poésie versus un roman d’horreur, le web est différent de tout autre façon de rédiger. On vous donne ici la recette magique pour écrire pour le web. Allons-y!

 

1. Pensez à votre auditoire

On ne parle ici seulement de votre public cible et quel langage employer. Il est question ici de savoir comment votre auditoire va recevoir le message que vous lui envoyez. Est-ce que vos clients vont lire vos textes sur mobile? Ils n’aimeront probablement pas devoir lire l’entièreté du Seigneur des Anneaux sur votre page d’accueil. Que veulent-ils obtenir par votre site web?  Comment les référez-vous à votre site. Qu’iront-ils y chercher. Que devraient-ils y trouver? Avez-vous déjà des réseaux sociaux qui s’occupent d’une partie des choses que vous voulez dire à votre auditoire? C’est une panoplie de questions qui vous aidera à cerner ce qui poussera vos usagers à venir sur votre site et à y rester.

 

10 conseils concrets :

  1. Ne pensez pas en termes de : qu’est-ce que je peux dire sur moi? Pensez plutôt: qu’est-ce que mes clients veulent savoir sur moi? Les gens vont sur le web parce qu’ils cherchent quelque chose. Répondez à leur questionnement.
  2. Une fois votre texte écrit, relisez et coupez le MAXIMUM de texte. Enlevez tout le superflu. (Trop d’adjectifs, de mots longs, de termes scientifiques, de mots de transition, etc.) Soyez ULTRA concis! Regroupez vos idées en petits blocs qu’ils pourront scanner du regard afin de trouver ce qu’ils cherchent.
  3. Ne dites pas TOUT. Réalistement, les gens vont lire 10 peut-être 20% du contenu de votre site. Tout ce qui est des saviez-vous que, des promotions, etc. peuvent se retrouver dans une publication ou dans un blogue. Tout le superflu peut être utilisé comme contenu sur vos réseaux ou dans vos articles.
  4. Il faut écrire différemment pour le web que pour tout autre chose. Le web est axé vers poser une action : la présence de boutons, liens, icônes. Les gens s’attendent à être dirigés vers une action. Écrivez vos textes avec une action à poser en tête. Faites un plan des choses à dire et ce qu’elles devraient causé pour votre utilisateur.
  5. Regardez des sites populaires et reconnus dans votre domaine pour vous donner une idée de comment les textes ont été placés, leur longueur, les mots employés, etc. L’observation est la première étape dans la compréhension. Apprenez à reconnaitre les mauvais sites : ceux où il est difficile de lire, trouver l’information ou de faire exactement ce que vous étiez venu faire.
  6. Élaborez des champs lexicaux représentatifs de votre domaine, mais du point de vue de votre auditoire. Trouvez les mots que les gens utilisent en général pour vous retrouver : Si vous travaillez dans les thermopompes, vos clients sont peut-être en train de chercher air climatisé. Indiquez les deux. Employez toujours le vocabulaire qu’emploient vos clients. Cela les aidera à se diriger sur vos pages.
  7. Au lieu de faire des textes continus, vous pouvez utiliser des puces, des listes numérotées, des icônes avec courte description.

 

Exemple : nous sommes une entreprise œuvrant dans la confection de petites figurines de caniches en argile dans le secteur de Mont-Tremblant depuis 1988.

Remplacé par :

  • Entreprise locale
  • Confection à la main
  • Argile de haute qualité
  • Plus de 30 ans d’expérience

 

Une figurine unique pour votre compagnon caniche adoré

Passez la commande maintenant!

 

  1. Utilisez des termes communs et universels. Ne tentez pas d’être innovateurs dans vos tournures de phrases, votre navigation, vos boutons, les descriptions de vos produits. Vous n’écrivez pas un Émile Nelligan. Restez clair : écoresponsable, local, service 24h, livraison gratuite, etc. Utilisez des verbes clairs, simples et axés vers l’action : faire, avoir, être, voir, prendre, etc.
  2. Ne vous limitez pas à du texte, les images peuvent parfois en dire autant et ajuster votre texte à vos images crée une cohérence vitale pour l’accessibilité de votre site et la compréhension.
  3. Pensez à votre texte par rapport au gabarit visuel qui vous sera fourni. Cela vous donnera une bonne idée des blocs de texte à écrire et du nombre d’informations à entrer.

2. Pensez à votre SEO

Bon, parlons-en du mausus de SEO. Le SEO fait en sorte que les gens vous voient lorsqu’ils recherchent des mots liés à votre domaine. Comment Google vous reconnait-il? En scannant les mots (visibles et invisibles) de votre site web. Bon, il fait plus que ça et votre choix de vocabulaire n’est pas la seule chose qui impacte sa capacité à vous référer, mais cet article traite de la rédaction web alors, c’est là qu’on en est…

 

Voici 10 conseils concrets pour rédiger pour votre SEO

 

  1. Votre champ lexical du point 6 précédent = vos mots clés. Ce que les gens vont chercher le plus pour vous trouver sont les mots que vous voulez employer pour aider votre référencement. Il existe des outils pour découvrir les mots les plus recherchés dans un milieu donné. Les listes de mots clés sont les mots les plus susceptibles de revenir dans une requête sur un moteur de recherche.
  2. Définissez un méta-titre précis et pertinent et répétez-le souvent dans votre texte. Surtout dans la première phrase de votre premier paragraphe.
  3. Ne négligez pas vos titres et sous-titres. Ce sont les premiers éléments scannés afin de savoir de quoi votre texte parle. Ils aident de plus à la localisation de l’information sur une page.
  4. Attirez l’attention vers vos autres pages sur votre page d’accueil. Imaginez que la madame d’accueil au magasin vous salue puis vous dirige exactement où vous avez besoin d’aller. Votre texte de page d’accueil devrait anticiper le désir des usagers et les diriger conséquemment.
  5. Gardez vos phrases courtes (65 caractères environ) vos paragraphes devraient contenir entre 300 et 500 caractères.
  6. Nommez vos photos avec une description de ce qui s’y trouve ou de la page sur laquelle elle se trouve. Cela vous aidera aussi à voir où vos images seront placées. Voir l’article : comment bien nommer ses photos?
  7. Écrivez un blogue. Haha! Vous ne pensiez pas qu’un des points serait d’écrire plus alors qu’on n’arrête pas de vous dire d’écrire moins! Un blogue est une excellente façon d’insérer plus de mots clés, des liens internes, externes, des titres, etc. C’est de plus une façon de garder un certain afflux de contenu qui renouvelle l’engouement des gens vers vos nouveaux articles. Vous pouvez de plus utiliser vos articles comme publication sur vos réseaux afin d’envoyer vos clients sur votre site. Ils peuvent servir à expliquer en détail vos techniques et ce que vous n’avez pas pu dire sur votre page d’accueil.
  8. Écrivez de façon cohérente pour stimuler votre but. Si votre but est de vendre, toute votre rédaction devrait mener les usagers à aller voir votre boutique ou vos offres.
  9. Demandez conseil et faites réviser votre texte par votre programmeur / développeur / expert SEO
  10. Utilisez les outils d’évaluation de votre SEO et réajustez votre texte en conséquence. Retenez que c’est un apprentissage continu et vous vous améliorerez sans cesse.

 

En bref, pour écrire pour le web, vous devez être en mesure de définir votre auditoire, comprendre ce qu’il viendra chercher sur votre site, concevoir un texte concis, axé sur l’action et optimiser le tout pour le SEO.  Ouf! Cela peut paraître complexe et on ne se le cachera pas, ça l’est. Mais on est là pour vous aider dans tout le processus avec des conseils, des outils, et même des formations. Au plaisir de rédiger votre site avec vous!

La rédaction web en 2 étapes (et 20 conseils concrets)